Originie du mouvement Relation Nerf – Muscle

avril 24th, 2017 | by Alain Boissieu
Originie du mouvement Relation Nerf – Muscle
Non classé
0

La commande de la contraction provient du SNC (cerveau et moelle épinière). Elle se traduit par un potentiel d’action, manifestation électrique qui se propage le long des fibres motrices vers le muscle.

Dans les fibres myélinisées, la myéline s’oppose aux échanges ioniques. Ces derniers se feront uniquement au niveau des noeuds de Ranvier. Le potentiel d’action passe rapidement d’un noeud de Ranvier au suivant, et l’on parle de conduction saltatoire. La conduction sera d’autant plus rapide que la gaine de myéline sera plus épaisse et que les noeuds seront plus espacés.

A ce niveau, la transmission du message serait interrompue s’il n’y avait pas un mécanisme particulier lui permettant de franchir l’espace séparant le tissu nerveux du tissus musculaire : la synapse.

Cette transmission est assurée par une molécule chimique : l’acétylcholine qui est un neurotransmetteur.
Il y a alors à la surface de la fibre musculaire la naissance d’un nouveau potentiel d’action qui va se propager. C’est cette impulsion électrique qui va libérer le calcium contenu dans le réticulum vers l’intérieur de la cellule musculaire. La commande motrice est transmise à la cellule musculaire par un neurone situé dans la moelle épinière et qui se prolonge par son axone jusqu’au muscle squelettique.

Les neurones qui commandent les mouvements musculaires sont appelés motoneurones. Un motoneurone est organisé comme toute cellule avec un noyau et des organites, mais par sa structure il se révèle parfaitement adapté à sa fonction de transmission.

Il comprend :

– un corps cellulaire, situé dans la substance grise de la moelle épinière, renfermant le noyau et possédant de courtes ramifications dont nous avons déjà parlé : les dendrites.
– un long prolongement ou axone qui va jusqu’au muscle squelettique (il peut donc avoir la longueur d’un membre) et qui est entouré d’une gaine de myéline.
– des branches terminales, issues de l’axone, dont chacune forme une jonction avec une fibre musculaire en un endroit appelé plaque motrice ou synapse neuromusculaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *