Le sodium et le potassium

mai 23rd, 2016 | by Alain Boissieu
Le sodium et le potassium
Non classé
0

I y a, entre les liquides intracellulaires et extracellulaires un rapport stable des concentrations en sodium et potassium. Des dispositifs actifs incessants contribuent à en maintenir la répartition. Par contre, lors d’un entraînement ou d’une compétition, la possible déshydratation ainsi que la perte de sodium liées à la sudation plus ou moins importante en modifient inévitablement l’équilibre.

Cet équilibre ne pourra être rétabli que part un apport d’eau légèrement salée. En ce qui concerne le potassium, bien que la quantité présente dans la sueur soit relativement faible, une très importante sudation peut parfois suffire pour créer un déficit à plus ou moins long terme. Pour prévenir ce déficit un apport supplémentaire de potassium après l’entraînement peut parfois s’avérer nécessaire. Pour le sportif la quantité de sodium et de potassium doit être légèrement supérieure à celle d’un sédentaire (1,5 fois plus importante).

HYPOKALIÉMIE :
La chute du taux sanguin de potassium peut être la cause d’anomalie électrocardiographiques. Elle se caractérise par une lassitude régulière, de la parésie dans les membres(paralysie légère et partielle) et une importante fatigue musculaire générale.

HYPONATRÉMIE :
La concentration du sang en sodium est très importante, la pression artérielle notamment dépend de cette natrémie. Il existe donc des mécanismes biologiques très sophistiqués pour la contrôler. Dans la sueur on trouve une concentration de sodium 3 à 4 fois inférieure à celle du sang.
En cas de forte sudation, la quantité de sel éliminée reste en générale dans des limites acceptables mais peut dans certaines situations atteindre des valeurs importantes. Il est donc indispensable que la boisson de l’effort comporte du sel.

Un manque important de sel peut engendrer une chute de tension diminuant la vigueur physique, entraînant prostration, désorientation, incohérence des propos et une accélération de la respiration.

Dans certains cas, si l’on ne compense pas rapidement le problème, il peut aller jusqu’à provoquer un coma mortel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *