La mobilité articulaire

novembre 21st, 2016 | by Alain Boissieu
La mobilité articulaire
Non classé
0

La souplesse : c’est la capacité de l’ensemble musculo-tendineux à permettre une grande amplitude ostéo-articulaire. Elle est donc une composante de la mobilité, terme plus générique qui intègre la notion de laxité.

La souplesse générale concerne toutes les articulations alors çjue la souplesse locale cible une articulation précise:
Exemple, la scapulo-humérale pour le nageur, la radio-carpienne pour l’haltérophile.

De par ces différents paramètres, on constate que l’éducateur se doit de connaître la physiologie articulaire pour effectuer un travail précis sur le gain de mobilité en fonction du pratiquant (âge, sexe etc.).

En effet, s’il est intéressant d’améliorer la souplesse des muscles qui limitent l’amplitude articulaire d’un « lifteur », il ne faudra en aucun cas étirer les systèmes capsulo- ligamentaire (dont la fonction est de limiter l’amplitude des articulations et de les stabiliser) ; ce qui, à long terme, pourrait augmenter les risques traumatiques comme les sub-luxations récidivantes, fréquentes chez la danseuse.

Les étirements sont des outils permettant d’améliorer la souplesse. Par ailleurs, ils permettent également une prise de conscience du corps en réveillant la vigilance au niveau des articulations préparant ainsi le pratiquant à se protéger dans des positions extrêmes (comme le squat ou le soulevé de terre en sumo très large ou le développé couché en hyperextension vertébrale). Abordons et décrivons maintenant les mécanismes physiologiques élémentaires permettant à l’éducateur d’adopter des méthodes d’étirement adaptées ainsi qu’une pédagogie pertinente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *