Force et alimentation

septembre 26th, 2016 | by Alain Boissieu
Force et alimentation
Non classé
0

L’alimentation du sportif est l’une des conditions déterminantes de la réalisation de performances et de son état de santé. Contrairement au sédentaire, celui-ci va subir d’importantes variations d’activité au cours de sa préparation en alternant des phases très intenses avec des périodes de récupération active et de repos complet.

Ces variations d’activité entraînent bien évidemment des besoins nutritionnels différents durant la préparation. L’alimentation doit donc être gérée au même titre que l’entraînement. Elle doit, en effet être en corrélation avec la dépense énergétique liée à l’entraînement, afin que les substrats énergétiques, fonctionnels et structurels soient adaptés.

L’entraînement de force de par le très grand catabolisme structurel imposé, va entraîner un important anabolisme surcompensatoire lors des phases de repos (la réponse anabolique d’un entraînement est proportionnée aux dégradations qu’entraîne la force de contraction).

Ce type d’entraînement exige donc un apport nutritionnel supplémentaire important, un équilibre entre glucides et protides, sans oublier l’apport lipidique.
Les protéines animales doivent être privilégiées car elles présentent une valeur biologique supérieure aux protéines végétales notamment sur l’équilibre en acides aminés essentiels (rapport de 2 pour 1 ). Les protéines ne sont pas remplaçables, ce sont des éléments plastiques qui participent à la structuration générale du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *